Le Hezbollah

Le Hezbollah, (Parti de Dieu), est un Mouvement chiite fondamentaliste créé en 1983, au Liban, avec pour objectif la création d'un état islamique sur le modèle iranien, et l'élimination de toute présence non-islamique au Moyen-Orient.

Son budget annuel est évalué à 100 millions de dollars (1995), qui sont en grande partie couverts par l'aide accordée par l'Iran. Ses effectifs au Liban sont évalués à 40 000 hommes (1993).

Le Hezbollah est dirigé tout d'abord par le Cheikh Mohammed Fadlallah, jusqu'à la fin 1987. Il est alors remplacé par le Cheikh Subhi al-Tufayli.

Il est remplacé à son tour en mai 1991 par le Cheikh Abbas Al-Moussaoui, ex-chef militaire du Hezbollah, qui sera éliminé le 16 février 1992, par un tir d'hélicoptères israéliens.

 

 

Le Cheikh Hassan Nassrallah est alors élu à la tête du parti.

Le Hezbollah agit également sous le nom de Djihad Islamique, mais son bras armé officiel est la Résistance Islamique. Créée en 1983, cette dernière assure les opérations militaires au Sud-Liban. Elle comprendrait quelque 400 combattants bien entraînés et 5 000 sympathisants.

 

Outre les attentats (à la bombe ou assassinats), elle mène de réelles opérations militaires contre l'armée israélienne ou l'Armée du Sud-Liban.

 

Elle dispose d'armement lourd d'artillerie, comme les lance-roquettes multiples BM-21. Organisée de manière militaire, Résistance Islamique a pris une forme plus clandestine depuis 1993.

 

Le Hezbollah a bénéficié de l'appui de l'ayatollah Ali-Akbar Mohtashami, proche de l'ayatollah Khomeini et Ambassadeur d'Iran en Syrie. C'est lui qui a développé la logistique et l'armement du Hezbollah au Liban.

 

En vertu d'un accord passé entre la Syrie, l'Iran et le Hezbollah (mai 1991), ce dernier est autorisé à porter les armes contrairement aux autres milices qui ont été désarmées sur le sol libanais.

 

 

Unités militaires du Hezbollah :

Brigade al-Qods, Brigade Amine al-Mouhamine, Brigade Hamman al-Mahdi, Brigade Saïd al-Schouhada al-Khomeini, Unité pour la Libération de Jérusalem.

 

Le Hezbollah entretient des relations étroites avec la Syrie, la Libye et l'OLP. Il est responsable d'actions spectaculaires. Ses méthodes d'action font souvent appel aux actions-suicides.

 

Récemment, le Hezbollah a montré une recrudescence de ses activités en Amérique du Sud. En 1997-98, plusieurs membres du Hezbollah ont été arrêtés au Paraguay, en Colombie.

 

Autres appellations:

Djihad al-Islami (Djihad Islamique), Djihad Islamique pour la Libération de la Palestine. Mostazafin (Organisation des Oppressés sur la Terre), Organisation de la Justice Révolutionnaire, Organisation Islamique de Libération; Pasdaran Inqilab (Gardes de la Révolution); Résistance Islamique.

Sites Internet :

 

http://www.hizbollah.org/, http://www.moqawama.org/

 

Source : terrorwatch.ch

 

 

De plus, le Hezbollah dispose de la chaîne de télévision Al-Manar. La CICAD avait mentionné la diffusion de programmes et propos antisémites de cette chaîne, dans plusieurs de ses newsletters. En voici quelques exemples :

1 - « Tous les films pornographiques dans le monde sont faits par des sociétés juives, et il en va de même pour la drogue »

 

Extrait d'un débat entre le mufti de Tripoli, le cheikh Taha Al-Sabonji, et le Secrétaire général de l'association des universités islamiques, Jajar Abd Al-Salim, diffusé le 22 avril 2004 par la chaîne de télévision libanaise Al-Manar, qui appartient au Hezbollah.

 

Cheikh Taha AI-Sabonji : «Ces jours-ci, nous avons dû faire face à me dangereuse attaque sur de nombreux fronts. Nous devons faire cesser les querelles internes causées par les ignorants, les conspirateurs, les matérialistes, les athées et les sionistes qui ont été tout au long de l'histoire les principaux auteurs de dissensions. Ce sont les Juifs qui sont responsables de tous les affrontements internes et de tous les autres problèmes au cours de l'histoire. Cela sera vérifié par toute personne qui a lu la littérature et l'histoire juives, et cela a été également indiqué par tous les écrits religieux, principalement le Coran.»

 

Jafar Abd Al-Salim: «Les Protocoles des Sages de Sion s'y réfèrent clairement: "Répandez la corruption parmi toutes les sociétés humaines, afin que vous puissiez régner." C'est évidemment une incitation à la haine de l'humanité... Tous les films pornographiques dans le monde sont faits par des sociétés juives, et il en va de même pour la drogue. Toutes ces mesures, qui ont de l'influence sur les sociétés et qui les jettent à bas, sont des mesures sionistes dont le principal objectif est d'humilier la race humaine...»

 

 

Cheikh Taha Al-Sabonji : «...et de la corrompre".

 

 

 

2 - Un symposium d’Al-Manar appelle à rayer Israël de la carte

A l’Université libanaise, un symposium d’Al-Manar appelle à rayer Israël de la carte, citant Hitler en exemple
Le symposium intervenait le jour anniversaire de l’adoption du plan de partage de l’ONU (29 novembre 1947). Cette journée est généralement commémorée dans le monde arabe par des manifestations pro-palestiniennes.

 

 

Le symposium d’Al-Manar était consacré au conflit israélo-palestinien, avec la participation de Shafiq Al-Hut, ancien représentant de l’OLP au Liban et en présence d’étudiants palestiniens, libanais et syriens.

 

Ci-dessous, des extraits d’un symposium d’étudiants à l’Université libanaise, organisé par la télévision Al-Manar du Hezbollah et diffusé le 29 novembre 2005.

 

 

Médiateur: «Les régimes arabes ont tous accepté la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, c’est-à-dire dans les frontières de 1967. Ils estiment que la réalité et l’équilibre des pouvoirs ne permettent pas d’en souhaiter plus pour le moment. Soutenez-vous ce réalisme ou adhérez-vous à ce qui est connu comme la Palestine historique, originelle ?

 

Edudiant n°1: «Je m’appelle Hisham Shamaas et je suis étudiant en sciences politiques. Je veux juste dire que tout le monde parle de…»

 

Médiateur: «Répondez à la question, s’il vous plaît.»

 

Hisham Shamaas: «L’Etat ne devrait pas être limité aux frontières de 1976… Ou plutôt, de 1967. Israël doit être éradiqué.»

 

Médiateur: «Vous voulez dire, raviver la devise voulant qu’Israël soit rayé de la carte.»

 

Hisham Shamaas: «Israël devrait être complètement éradiqué, afin que les Palestiniens aient un pays où retourner.»

 

Médiateur: «Si on vous dit que ce n’est pas réaliste, que répondez-vous ?»

 

Hisham Shamaas: «Rien n’est irréaliste. Tout comme Israël… Tout comme Hitler a combattu les Juifs… Nous sommes une grande nation islamique de djihad, et nous aussi devrions combattre les Juifs et les brûler. (…)»

Source : memri.org - jeudi 15 décembre 2005

 

 

 

3 - Al Manar : interdiction confirmée par le Conseil d’Etat

Le Conseil d'Etat a rejeté le recours formé par la chaîne du Hezbollah contre l’interdiction de diffuser ses programmes sur les écrans français.

 

 

Bannie des écrans français depuis le 17 décembre 2004, la chaîne de télévision du Hezbollah, avait déclenché une procédure en avril 2005 pour contester les décisions du CSA et du Conseil d'Etat.

 

 

Ce dernier avait interdit toute diffusion sur les écrans français, arguant à l’époque que des émissions « s'inscrivent dans une perspective militante, qui comporte des connotations antisémites ».

 

 

En novembre 2004, quelques jours après l'obtention d'une autorisation de diffusion « sous condition », la télévision du parti chiite donnait la parole à un intervenant qui s’élevait contre « les tentatives sionistes de transmettre le sida aux populations arabes ».

 

 

En réaction le CSA avait résilié la convention, qui interdisait à la chaîne notamment les incitations à la haine, à la violence ou à la discrimination raciale.

 

Reporters sans frontières avait protesté à l’époque contre l'interdiction pure et simple de ce média tout en condamnant les propos antisémites tenus à l’antenne.

 

 

Le Conseil d'Etat a examiné, mercredi 7 décembre, la requête présentée par Me Denis Garreau, l'avocat d’Al Manar. Cette dernière demandait l’annulation de la décision unilatérale du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, jugée impartiale et politique.

 

 

Le Conseil d'Etat a confirmé l’interdiction définitive de la chaîne en France, dans un jugement publié vendredi 6 janvier.

 

Source : france2.fr - samedi 7 janvier 2006

 


 

Voir aussi:

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.