Aug

20

2018

Des nazillons suisses font une timide apparition sur internet

ANTIRACISME – La CICAD, un organisme de lutte contre l’antisémitisme, a débusqué un groupe de Nationaux socialistes suisses. Plainte va être déposée.

 

«Nous allons très certainement porter plainte», confirme Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD). L’organisation antiraciste a en effet repéré l’émergence d’un nouveau groupuscule néonazi «qui se situe très probablement en Suisse romande».
Les Nationaux socialistes suisses (NSS) – le nom est sans équivoque – se réclament clairement de l’idéologie nazie. Si leur logo est une croix gammée à trois branches seulement, on retombe bien rapidement sur des swastikas plus traditionnelles. Et le site renvoie à une littérature de type négationniste.
«Notre mouvement est un rassemblement de jeunes Suisses, nationaux-socialistes, nostalgiques de la Grande Europe qui est tombée entre les doigts fourchus des Goldstein et des Levy en 1945», peut-on lire sur leur site internet (1).


Les NSS prônent la suprématie blanche. Selon cette «idéologie», la «race blanche» est menacée d’extinction: «Il s’agit d’un véritable génocide, programmé par le juif, éternel ennemi de l’Aryen!» Mais outre la «juiverie internationale», ces nazillons s’attaquent aussi aux «hordes halogènes arabo-musulmerdes».
Les NSS se rattachent à une mouvance qui s’intitule Front Eolh (2). Et qui se réfère aux mêmes principes. On y retrouve également des liens avec les Hammerskins et la tendance similaire Blood and Honour (sang et honneur).


«Cela fait moins d’un mois qu’il font des apparitions sur internet, relève M. Gurfinkiel, nous avions repéré une première vidéo néonazie qui tournait sur youbube, mais elle a été retirée au bout de 48h.» Il semblerait que certains des membres des NSS aient participé au rassemblement d’extrême droite sur le Grütli qui s’est tenu quelques jours après le 1er août.
Impossible pour l’heure de remonter aux membres du site néonazi à partir de leur page internet. Cette dernière utilise un fournisseur d’accès et d’espace basé en Californie: worldpress.com. La législation américaine étant – premier amendement oblige – plus libérale que ses homologues suisse ou européennes, il y est possible de prôner ce genre d’idées racistes et négationnistes sans craindre de poursuites.
Mais une plainte sera déposée en Suisse. La décision devrait être prise aujourd’hui par les avocats de la CICAD qui sont en train de consulter le dossier. «On ne peut tout simplement pas laisser passer ce genre d’activisme», relève le permanent de la CICAD. Pour lui, il s’agit de groupuscules qui se créent et se disloquent rapidement au gré des divergences internes – «ils essaient tous de prendre le leadership» – mais aussi des actions en droit entreprises contre eux. Le fait de porter plainte permet donc aussi d’éviter une montée en puissance de ce genre de mouvances.

 

(1) www.nationalsocialistesuisse.worldpress.com.
(2) Le terme Eolh provient d’une rune, «la lettre Z de l’alphabet runique scandinave symbolisant la Protection (…) nous sommes un bloc de résistance!», peut-on lire sur le site.

 

Source: lecourrier.ch, 20 aout 2018

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.