Sep

21

2016

Gendarme financier accusé d'agir «comme la Gestapo»

Le Vaudois Bernard Nicod a estimé que les banques sont maltraitées comme l'ont été les juifs par les nazis.

Le malaise était perceptible dimanche soir, sur le plateau du téléjournal de la RTS. Invité à réagir en direct au sujet consacré au tassement des prix constaté dans la vente et la location immobilières, l'entrepreneur Bernard Nicod s'est permis une étrange comparaison. Selon lui, la raison principale de ce phénomène en Suisse est due aux directives de l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) auprès des banques. «Bras armé de la Banque nationale, elle se comporte avec les banques comme la Gestapo se comportait avec les israélites pendant la Seconde Guerre mondiale!»

Contacté mardi, le célèbre promoteur immobilier dit ne «pas regretter cette comparaison audacieuse. Je ne dois rien à personne, à part de l'argent à mes banquiers.» Il précise toutefois son propos: «La FINMA fait pression sur les instituts bancaires et financiers pour éviter qu'ils ne fassent le moindre faux pas et pour qu'ils prêtent de l'argent le moins possible, oubliant ainsi les PME et l'accès à la propriété. Or, les taux vont rester excessivement bas pour défendre le franc suisse car tout va très mal en Europe. Mais cet excès de prudence est à la fois déplacé et économiquement faux!»

Si la FINMA refuse de commenter de tels propos, la Coordination juive contre l'antisémitisme (CICAD) a, elle, expliqué mardi qu'elle souhaite écrire à Bernard Nicod pour lui faire part de sa totale désapprobation «face à cette comparaison inadmissible et à l'amalgame honteux auquel il s'est livré». Pour Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la CICAD, «quels que puissent être les griefs de Monsieur Nicod à l'égard de la FINMA, comment qualifier une telle comparaison avec la police politique du Troisième Reich, dont les agents furent des acteurs clés de la Solution finale d'éradication des juifs. C'est la Gestapo qui s'est chargée des transports de déportés vers les camps de concentration. . Je n’entends pas dans la bouche de Bernard Nicot le moindre propos antisémite. J’entends par contre et nous le déplorons un propos de banalisation comme c’est parfois le cas dans les milieux politiques, qui ne vise qu’à interpeller l’auditeur et le choquer. On peut pas comparer tout et n’importe quoi avec la Shoah dans le but de sensibiliser ou mobiliser le public. Il s’agit malheureusement d’une démarche répandue qui nuit au travail de mémoire. La barbarie indescriptible du génocide de la Shoah organisé par les nazis, réduit à un faire-valoir ou produit de communication. Voilà qui est bien désolant ! Nous en appelons au bon sens de M. Nicod et l’encourageons dans les meilleurs délais à s’exprimer publiquement sur sa récente déclaration.»

Quant au conseiller national Olivier Feller, à la fois secrétaire général de la Fédération romande immobilière et directeur de la Chambre vaudoise immobilière, il n'a pas réagi malgré nos sollicitations mardi.

 

Source: 20min.ch, 21 septembre 2016

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.