Feb

27

2018

Propos racistes sur Facebook contre Simone Veil condamnés en Valais

L'été dernier, une Valaisanne avait commenté la mort de Simone Veil avec cynisme. La justice vient de la condamner pour discrimination raciale.

Une mère de famille du Valais central vient d’être condamnée par la justice pour discrimination raciale. En été 2017, à la suite du décès de l’académicienne française Simone Veil, cette Valaisanne avait posté ce commentaire sur Facebook: «Penses-tu qu’elle va se faire incinérer??? comme sa famille.» Le commentaire était accompagné de smileys rieurs.

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus. Cette trentenaire écope d’une peine pécuniaire de 20 jours-amende avec sursis et d'une amende de 200 francs. Elle devra en outre payer 250 francs de frais de justice. Son avocat n’a pas souhaité faire de commentaire.

Référence aux fours crématoires

Le jugement valaisan parle de référence claire aux fours crématoires utilisés durant la Seconde Guerre mondiale pour brûler les corps des juifs exterminés. Le procureur général adjoint Jean-Pierre Greter a relevé «la gravité et le cynisme de son propos qui était propre à porter atteinte à la dignité de Simone Veil en tant que membre de la communauté juive».

De confession juive, Simone Veil fut déportée pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que la plupart des membres de sa famille ont péri dans les camps de concentration. La Française fut ensuite à l’origine de la loi sur l’avortement qui porte son nom, alors qu’elle était ministre de la santé. Elle fut la première présidente du Parlement européen.

Le magistrat précise sa pensée: «En insinuant que Simone Veil, en cas d’incinération, partagerait le même sort que sa famille, elle avalise une inégalité de droit rabaissante des juifs à jouir du droit à la vie».

Son dénonciateur est une personnalité

A l’époque, un citoyen avait dénoncé ces propos, qui sont poursuivis d’office. A la lecture du jugement, on apprend que ce dénonciateur n’est autre que l’ancien président du PLR valaisan et actuel député Xavier Mottet,, de Torgon../'> Torgon.. «J’ai agi comme simple citoyen, sans faire de publicité autour de ma démarche. Je ne voulais pas qu’internet soit une zone de non-droit et que l’on puisse déverser gratuitement sa haine sur les réseaux sociaux», commente le libéral-radical.

«Artiste mal pensant» pas inquiété

L’été dernier, le commentaire de cette Valaisanne faisait écho à une publication sur Facebook du dessinateur «Artiste mal pensant» Julien Udressy, condamné par le passé pour discrimination raciale, suite à une dénonciation de la CICAD,  à cause de caricatures antisémites.

Cette fois, l’artiste n’avait pas dessiné mais écrit ce commentaire: «Simone Veil est morte (trois smileys rieurs) bon débarras!» Des propos qui, s’ils pourraient porter atteinte à l’honneur de la défunte, ne sont pas discriminatoires, Or, personne n’a déposé plainte suite à cette possible infraction qui n’est pas poursuivie d’office.  D’ailleurs, l’été dernier le président de la section valaisanne de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), le conseiller national Philippe Nantermod,, bien que choqué par ce commentaire du dessinateur qu’il jugeait «immoral et déplacé», n’y voyait pas une dimension pénale.

 

Source : lenouvelliste.ch, 23 février 2018

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.