Feb

05

2015

Plus de 80 enseignants vaudois conquis par le séminaire de formation de la CICAD

Mercredi 4 février débutait pour deux jours, le séminaire de formation des enseignants organisé par la CICAD. « Un projet qui, comme les voyages à Auschwitz qu’elle organise depuis plus de dix ans, tient particulièrement à cœur à la CICAD qui met l’accent sur la pédagogie pour lutter contre l’antisémitisme. » explique Alain Bruno Lévy, Président de la CICAD. Débutée en 2013 à Genève, cette année, elle s’ouvrait aux enseignants vaudois. 80 enseignants principalement d’histoire ont fait le choix d’approfondir leurs connaissances en participant à cette édition 2015.  Historiens et chercheurs sont venus évoquer la Shoah et le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre mondiale, idéologies, histoire et actualité de l’antisémitisme. Entre didactiques historiques et outils pédagogiques, les participants se retrouvent à l’Université de Lausanne plongés dans une Histoire complexe et riche, donnant aux  enseignants des clés de compréhension de thématiques difficiles. Un public conquis,  issu des divers degrés d’enseignements, qui n’hésite pas à échanger avec ces spécialistes  tout en faisant part de leurs propres expériences.

Sous les auspices de Patrick Vallélian,  le public est plongé dès cette première journée au cœur du sujet. Journaliste, créateur et directeur du site d'information www.sept.info, historien et enseignant de formation, il rythme les échanges entre intervenants et enseignants en fin connaisseur du sujet et modérateur de ces journées de formation.

Première partie de la journée, deux thèmes furent proposés : l’idéologie du Nazisme et l’histoire de l’antisémitisme expliqués par deux spécialistes. Johann Chapoutot, Professeur des Universités à l'Université Sorbonne nouvelle Paris III et auteur de nombreux ouvrages sur l’idéologie nazie, expliqua comment les nazis firent de leur idéologie une science en abordant les fondements du nazisme.

Joël Kotek, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles, le succéda et analysa l’antijudaïsme et l’antisémitisme. Cartes postales à l’appui, il mit en lumière notamment en Europe et aux États-Unis combien ce médium de l’époque était aussi porteur de messages antisémites. 

L’après-midi a démarré avec Arièle Nahmias, Directrice du bureau francophone au Département européen, pour l’enseignement de la Shoah, expliquant quels étaient les outils actuels disponibles et proposés à l’Institut Yad Vashem de Jérusalem.

Enfin, avec une approche complètement différente, Ophir Lévy, Chargé de cours en esthétique et en histoire du cinéma à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle et formateur au Service pédagogique du Mémorial de la Shoah, conclu cette première journée. A l’aide de séquences de films sur la Shoah et les conditions de vie des Juifs durant la Seconde guerre mondiale, il mit en lumière comment après 1945, la Shoah avait été décrite au monde entier. Il expliqua également comment les images peuvent aider à mieux appréhender le phénomène de la destruction du sujet humain.

Aujourd’hui, jeudi 5 février, second et dernier jour, l’accent est mis sur la Suisse et la Seconde Guerre mondiale. L’histoire, des Juifs d’Europe et du Canton de Vaud seront abordés.

Résumé de la seconde journée dans la newsletter de demain.

 

 

Me Alain Bruno Lévy, Président de la CICAD

M. Johann Chapoutot, Professeur des Universités à l'Université Sorbonne nouvelle Paris III

M. Joël Kotek, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles et M. Patrick Vallélian, créateur et directeur du site d’information www.sept.info

Mme. Arièle Nahmias, Directrice du bureau francophone au Département européen, Ecole internationale pour l’enseignement de la Shoah, Institut Yad Vashem

M. Ophir Lévy, Chargé de cours en esthétique et en histoire du cinéma à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle et M. Patrick Vallélian, créateur et directeur du site d’information www.sept.info