Apr

13

2018

Discours du Vice-Président de la CICAD A la 24ème commémoration du Génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda, en 1994

Onex, samedi 7 avril 2018

 

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

 

La CICAD … que j’ai l’honneur de représenter aujourd’hui … ainsi que les Communautés juives qui la compose … se tiennent à vos côtés en ce jour de commémoration de l’indicible … du génocide perpétré contre les Tutsis.  Une commémoration en l’honneur des victimes … près d’un million d’hommes de femmes et d’enfants … livrés à la barbarie et à la folie meurtrière durant le printemps et l’été 1994.

La douleur à l’évocation de ces évènements est toujours aussi vive … mais il est de notre devoir de les rappeler pour lutter contre l’oubli et la désinformation.

 

Chers amis … le génocide des Tutsis, comme le fut celui des juifs et celui de nos amis arméniens … est une monstruosité qui ne prend pas fin avec l’arrêt des massacres … un génocide se produit en deux temps … celui de la barbarie des actes … puis celui de la barbarie des mots … une volonté d’extermination qui passe de la tentative de l’élimination physique à celle de l’élimination des faits !

 

Le négationnisme est un ennemi malfaisant et persistant !

Il est une offense faite aux victimes … mais plus encore il est une offense faite à la vérité … à la réalité … à l’histoire elle-même.

Le négationnisme n’est rien de moins qu’un exercice génocidaire … perpétré contre la mémoire !

 

Le temps passant … et … nous juifs avons malheureusement une certaine avance … le négationnisme se généralise, ne se cache même plus … à presque droit de cité … devient « une opinion » défendable … la banalisation même du génocide en devient un attribut essentiel … et il se repend dans le discours quotidien …

Parler de Shoah pour décrire la souffrance animale … de comparer, en suisse, le transport des bestiaux vers les abattoirs à celui des juifs vers les camps de la mort … autant d’exemples récents de cette banalisation qui a infiltré jusqu’au discours politique et passe dans l’opinion … largement inaperçue…

 

Il y a peu de temps … en Suisse toujours … un conseiller national UDC genevois, Yves Nidegger, déposait une motion visant à retirer le génocide de la norme pénale antiraciste … l’article 261 bis du code pénal … tentative heureusement défaite …

 

Le négationnisme … pour tous … à la portée de tous … sans aucune honte …

 

La négation puise ses forces dans la même haine qui a animé les auteurs des génocides et se nourrit des mêmes fantasmes et des mêmes outrances … Elle perverti l’histoire et ses souffrances…elle utilise tous les mensonges et tous les moyens pour arriver à ses fins.

 

Si nous sommes là à vos côtés depuis de nombreuses années … comme vous êtes à nos côtés lors de nos évènements … c'est aussi pour nous associer à votre combat contre le négationnisme. A ces millions de victimes…nous devons protection de leur mémoire et transmission de leurs histoires et de leur martyre.

 

Alors comment lutter ? … comment empêcher que ne s’installe des contre-vérités historiques ? Comment faire justice aux victimes deux fois assassinées … par les armes et les mensonges ?

 

Par la vigilance … par le militantisme … par la pédagogie … et par le combat sans relâche, y compris judiciaire, contre tous les prêcheurs de mensonge et de haine.

 

Nous éprouvons sans cesse ce sentiment d’injustice profonde d’avoir … en tant que victime … à prouver que nous le sommes !  D’avoir à convaincre que la réalité n’est pas un mensonge !

Ce sentiment d’injustice nous devons le transformer en une motivation sans failles à lutter contre le négationnisme et ses apôtres.

Le travail des associations telles qu’Ibuka et la CICAD sont essentielles pour combattre ceux qui … par ignorance ou par haine … propagent mensonges et contre-vérités. Nos actions doivent s’inscrire dans un travail inlassable d’éducation, de sensibilisation et d’information … Mais aussi dans la dénonciation et la lutte systématique des propos et des actes négationnistes …  Par la transmission … enfin …de la mémoire et par la commémoration de ces événements tragiques … comme nous le faisons ensemble aujourd’hui.

 

Pour protéger et perpétuer la mémoire des victimes de génocides, il est essentiel de conserver les témoignages. Ces récits… et ceux des survivants… aussi douloureux soient-ils, doivent à jamais rester gravés la mémoire vive de l’humanité.  

 

La CICAD et les communautés juives de Suisse romande jamais n’oublieront les souffrances dont le peuple Tutsi fut victime … et jamais nous ne resterons silencieux face aux idéologies … aux individus… et aux groupe qui chercheraient à minimiser ou à remettre en cause la réalité des exactions inhumaines imposées à des peuples dont le seul crime est d’exister.

 

Chers amis … nous partageons votre histoire et votre douleur … mais nous partageons aussi la même détermination inflexible à ne jamais laisser le mensonge se substituer à la vérité.

Vous et nous sommes les gardiens de l’histoire … de la nôtre … de nos blessures … mais plus largement de toutes celles faites à notre humanité …

Toujours vigilants … toujours unis … parce que la cruauté des hommes a voulu que nous soyons côte à côte face à l’indicible … défendons ensemble l’Histoire et la Vérité contre les forces du néant …

Merci

 

Laurent Selvi,

Vice Président de la CICAD

 

 

Source CICAD 11 avril 2018

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.