Nov

26

2013

Noëlla Rouget raconte aux élèves de l’École Internationale et de l’école Moser son vécu concentrationnaire

Noëlla Rouget, résistante française durant la seconde guerre mondiale, a rencontré les élèves du Campus des Nations et de l’école Moser pour leur séance préparatoire au voyage d’étude à Auschwitz organisé par  la CICAD, ces deux rencontres des 18 et 21 novembre au sein des établissements scolaires ont permis aux élèves et enseignants d’écouter le témoignage de cette nonagénaire rescapée du camp de Ravensbrück en Allemagne.

 

      

Noëlla Rouget, lors de la conférence du 18 novembre à l'Ecole Internationale.

 

Pendant plus d’une heure, cette résistante, qui fut l’amie de la nièce du Général de Gaulle, raconta aux élèves dans les moindres détails son périple sous l’occupation qui la conduira jusqu’au camp de concentration de Ravensbrück en janvier 1944, âgée de 23 ans. Pour Noëlla Rouget qui a participé plusieurs fois au voyage de la CICAD, témoigner est une évidence. « Même si je n’ai pas souhaité parler de cette douloureuse expérience en sortant du camp en 1945, aujourd’hui c’est devenu un besoin pour lutter contre tous les négationnistes. Parler pour rendre hommage à toutes ces victimes, décrire la monstruosité du régime nazi dans un monde sans morale pour que plus jamais cela ne se reproduise.»

Les élèves de l’École Internationale et de l’école Moser ont montré un vif intérêt  pour cette rencontre exceptionnelle, en témoigne  les multiples questions adressées.

 

 

Noëlla Rouget, lors de la conférence du 21 novembre à l'Ecole Moser.

 

Louise Samson, professeur de dessin à l’école Moser Nyon fait part de son ressenti. « Nous avons, les élèves et moi-même été très touchées par le témoignage de Noëlla Rouget, j'ai pu prendre ensuite un temps de partage et de réflexion avec mon groupe d'élèves. Nous nous préparons pour mercredi qui sera un jour mémorable pour nous tous. Je demanderai aux élèves de prendre un carnet afin d'écrire ou de faire quelques croquis de leurs impressions de ce voyage. Je remercie la CICAD pour cette prise de conscience de la valeur de la vie. Les jeunes ont vraiment besoin de réaliser combien leur vie est unique et précieuse.»

Pour Noëlla Rouget, ces séances préparatoires sont aussi un moyen de rappeler aux jeunes générations l’importance d’être citoyen. « Si Auschwitz a été possible, vous qui êtes jeunes et qui vivez dans un pays démocratique, je vous appelle à tenir votre devoir de citoyen. Ne laissez pas un régime d’oppression s’imposer. Il faut savoir lutter pour qu’un autre Auschwitz ne voit jamais le jour.»

 

Source : CICAD, 26 novembre 2013

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.