Rapport sur l'antisémitisme en Suisse romande 2011

Le nombre d’actes antisémites recensés en Suisse romande en 2011 révèle une augmentation de 28% par rapport à l’année 2010. Au total, 130 actes antisémites, dont 119 préoccupants, 6 considérés comme sérieux et 5 comme étant des actes graves, ont été enregistrés (contre 104 l’année précédente). Au-delà de la hausse de ces chiffres, c’est davantage la nature de ces actes qui inquiètent la CICAD, car il s’agit principalement d’agressions physiques (dont l’une à l’arme blanche) ou encore de menaces de mort et d’insultes ciblées. 2011 est en effet l’année qui enregistre le plus grand nombre d’actes graves depuis le début du recensement en 2003.

 

Les appels au passage à l’acte et autres mots propageant la haine raciale aboutissent à un recours à la violence qui tend à se banaliser et à se multiplier, comme ce fut le cas lors de certaines affaires. Il s'agit d'actes d'une nature nouvelle auxquels sont confrontés les juifs, parfois à titre individuel.

 


Cette hausse d’actes antisémites fait également suite à l’utilisation croissante des nouveaux moyens de communication. En effet, des internautes sont de plus en plus nombreux à créer leur blog et à commenter des articles, souvent de manière anonyme pour déverser leur haine antisémite. En utilisant le prétexte de la liberté d’expression, des activistes entendent imposer un «droit à la discrimination», à la «diffamation» et à «l’injure raciste». Cette libération de la parole antisémite est pour le moins alarmante.

 


Cette situation bénéficie d’un climat particulier où se mêlent allègrement la banalisation des propos racistes, les invitations à s'en prendre aux juifs (toujours répétées dans certains milieux intégristes à l'étranger et jamais dénoncées ici ou ailleurs), l’inculture face aux questions de discrimination, la méconnaissance des faits historiques et une accoutumance à la violence des paroles et des actes. Un phénomène qui transcende les générations.

 


De plus, la crise économique mondiale, ressentie très fortement en Europe, sert de base idéologique à des groupes «conspirationnistes» pour tenter de justifier les thèses les plus antisémites, remettant au goût du jour les vieux poncifs datant du Moyen-âge sur les juifs et l’argent ou les théories du complot illustrées par «Les Protocoles des Sages de Sion».

 


Par ailleurs, l’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien reste plus que jamais un facteur pour désigner les juifs, et depuis peu, le judaïsme comme la quintessence du Mal. Les juifs sont même accusés d’avoir inventé la Shoah et de l’instrumentaliser afin de créer à dessein un sentiment de culpabilité au sein de la population non juive. Qu’il s’agisse d’associations qui mêlent amalgames et propagandes, de groupes reprenant les thèses nationales socialistes ou de leaders religieux… ces activistes déploient leur énergie pour faire front commun : l’alliance des extrémistes.

 

Pour télécharger la synthèse du rapport sur l’antisémitisme, cliquer ici.

 

Rappel :Cette liste ne comprend que les actes recensés en Suisse romande. Elle ne reprend donc pas les autres actes graves qui se situent en dehors du champ d’intervention de la CICAD. En Suisse alémanique, l’enregistrement des actes antisémites est effectué par la FSCI (Fédération Suisse des Communautés Israélites).

 

Source : CICAD, 9 mars 2012.

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.