Aug

07

2007

Benoît XVI évoque l'«intellectuel clairvoyant» qu'était Mgr Lustiger

Au lendemain du décès du cardinal Jean-Marie Lustiger, emporté par un cancer à l'âge de 80 ans, les réactions issues des milieux religieux et politiques se sont multipliées. Nombre d'entre elles ont salué son rôle dans le rapprochement entre juifs et chrétiens. Né juif, Aaron Lustiger s'était converti au catholicisme pendant la Seconde Guerre mondiale, à l'âge de 14 ans, mais il n'avait jamais renié ses origines, ni l'histoire qu'il représentait. Sa mère, une réfugiée polonaise, mourut à Auschwitz en 1943.

 

Dans un télégramme à l'actuel archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, le pape Benoît XVI a évoqué un «pasteur passionné par la recherche de Dieu et par l'annonce de l'Evangile au monde» et «un intellectuel clairvoyant». «Homme de foi et de dialogue, il se dépensa généreusement afin de promouvoir des relations toujours plus fraternelles entre chrétiens et juifs», écrit le pape. Au début des années 1990, Jean Paul II s'était appuyé sur Jean-Marie Lustiger lorsqu'il décida d'engager l'Eglise catholique dans un processus de repentance pour les fautes commises envers les juifs.

 

En France, le Conseil représentatif des juifs de France (CRIF) a salué «une figure historique des relations entre juifs et catholiques». «Nous savons que ce qu'il a planté continuera de se développer», poursuit le communiqué. Pourtant, la conversion d'Aaron Lustiger n'a pas toujours été bien perçue dans les milieux juifs, comme l'a souligné le cardinal Achille Silvestrini. «Mais je crois que beaucoup de juifs, maintenant, s'en souviendront avec admiration et estime», a-t-il ajouté.

 

En Suisse, la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) «garde la mémoire d'un homme qui a su agir pour que le respect et l'amitié entre catholiques et juifs prévalent après des siècles d'enseignement du mépris».

 

La Fédération protestante de France a, quant à elle, rendu hommage à un homme doté d'une «forte personnalité, exigeante et dérangeante».

 

Des représentants de l'islam ont également salué la mémoire du cardinal. Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, a souligné que «la mort d'un homme comme Mgr Lustiger ne laisse personne indifférent, y compris les musulmans». Il a rappelé que le prélat catholique avait entretenu «des rapports cordiaux avec l'islam», en se maintenant «sur la lignée de Vatican II dans le cadre du dialogue interreligieux».

 

Le président français, Nicolas Sarkozy, a fait part de sa «tristesse» de voir partir «une grande figure de la vie spirituelle, morale, intellectuelle et naturellement religieuse de notre pays». Pour le premier ministre François Fillon, Mgr Lustiger a «contribué de manière déterminante au rayonnement de l'Eglise catholique, qu'il voulait ouverte au monde et aux hommes, et toujours en prise avec son temps». Selon François Bayrou, président du MoDem, il était «l'une des plus hautes figures de l'humanisme français».

 

Les obsèques du cardinal Jean-Marie Lustiger seront célébrées vendredi à la cathédrale Notre-Dame de Paris par Mgr André Vingt-Trois.

 

Le Temps - mardi 7 août 2007

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.