Jun

07

2008

Quand les éléments semblent se déchainer

En dépit d'une accalmie apparente, depuis la tour d'observation de la CICAD, la tempête gronde. Les éléments semblent même se déchaîner depuis ces dernières semaines. Plus inquiétant encore, en dépit des signaux envoyés, nous sommes encore peu nombreux à avoir pris la mesure de la situation.

 

La tempête déclenchée par la visite de Micheline Calmy- Rey en Iran, dont nous retiendrons tous ces images de notre Conseillère fédérale souriante en compagnie d'Ahmadinejad, ne semble pas avoir laissé beaucoup de traces dans nos esprits.

 

Ne nous y trompons pas: loin d'être rhétoriques, les menaces proférées sans relâche à l'encontre des Juifs et d'Israël par le Président iranien et ses mollahs sont bien l'expression d'une volonté destructrice réelle. À l'occasion des célébrations du 60e anniversaire de l'État d'Israël, Ahmadinejad déclarait à la presse qu'il était «futile de célébrer l'anniversaire de quelque chose qui était déjà mort».

 

La CICAD a bien évidemment exprimé, à de nombreuses reprises, sa consternation de voir notre pays poursuivre et développer ses relations avec l'Iran. Un certain nombre de parlementaires fédéraux ont également, suite à notre intervention, réagi au niveau politique (interpellations et questions au Conseil fédéral.)

 

Cependant, la CICAD a dû multiplier ses interventions auprès des médias qui avaient opéré certains choix malheureux quant aux titres de leurs articles ou laissé certaines réactions antisémites s'exprimer dans leurs colonnes ou sur leur forum internet.

 

24 Heures du 2 mai 2008, relatant le déroulement de l'Assemblée générale de la FSCI, et en particulier la publication d'un communiqué de réaction suite à la visite de Micheline Calmy-Rey en Iran, titrait: «Le lobby juif critique Micheline Calmy-Rey». Si le terme de lobby en tant que tel n'a pas forcément de connotation négative, nous savons bien qu'associer la communauté juive à ce mot est lourd de sens. Nous sommes parfaitement conscients que la dénomination de «lobby juif» renvoie à nombre de théories antisémites imaginant les Juifs complotant pour influencer et dominer le monde. Malheureusement, force est de constater que ces théories n'ont pas disparu.

 

20 minutes, dans ses éditions des 9 et 10 avri1200S, proposait à ses lecteurs des titres pour le moins désagréables.

 

Celui du 9 avril 2008, consacré à la campagne de publicité lancée par l'ADL dénonçant le récent voyage de Mme Calmy-Rey en Iran était le suivant: «Des Juifs accusent la Suisse de financer le terrorisme». Alors que cette campagne publicitaire était lancée par une association américaine clairement identifiée, l'ADL (Anti Defamation League), la rédaction a opté pour une dénomination plus identitaire. ADL est devenue «Des Juifs». En agissant ainsi, ce journal stigmatisait un groupe d'individus selon leur appartenance religieuse et semait ainsi le trouble dans l'esprit de ses lecteurs.

 

Pour annoncer la rencontre entre M. Pascal Couchepin, Président de la Confédération, et M. Ronald Lauder, Président du Congrès Juif Mondial, et Alfred Donath, 20 minutes avait choisi le titre suivant: «Couchepin est sollicité par les Juifs». En titrant ainsi, 20 minutes prenait le parti cette fois de désigner une groupe d'individus dans sa globalité, l'ensemble des Juifs. Ainsi pour les lecteurs, nous nous sommes vu déposséder de toute appartenance nationale. Il n'existe aucune «internationale juive», comme pourrait le laisser penser le titre de cet article, mais des individus bénéficiant d'une certaine autonomie de vie et de pensée.

 

Dans le même état d'esprit, une autre information récente a déclenché un véritable raz-de-marée de commentaires antisémites. Le Matin publiait, le 13 mai 2008, un article titré: «Des victimes d'attentats en Israël attaquent l 'UBS aux Etats-Unis». Voici quelques-uns des commentaires que l'on pouvait lire sur le site de ce quotidien: «C'est pour quand l'extermination finale de ces rats. On aurait dû laisser certains finir le job il y a soixante ans ... Quel crasse ces machins!», «C'est le président iranien qui a raison: rasez-moi tout ça une fois pour toutes!», «Les Juifs ont trouvé la "recette" pour se faire du blé: ils se mettent tout le monde à dos, et dès qu'un se révolte contre leurs chantages ils nous traitent d'antisémites. FREE PALESTINE!!!» ...

 

Bien évidemment, la CICAD a réagi auprès de chacune des rédactions concernées et a pu obtenir les excuses des différents rédacteurs en chef. Ces derniers promettant de faire preuve d'une plus grande vigilance à l'avenir.

 

D'autres événements ont retenu notre attention et nous encouragent à ne pas ranger les parapluies.

 

Le Collectif Urgence Palestine, engagé plus que jamais dans une guerre de propagande anti-israélienne, propose un programme «réjouissant» depuis ces dernières semaines. Citons notamment une conférence - débat qui rassemblera, le 18 mai prochain, Azzam Tamimi et Hani Ramadan. Si nous connaissons déjà fort bien ce dernier, le premier n'est pas en reste: influent défenseur du Hamas, il n'hésite pas à promouvoir publiquement la pratique des bombes humaines (voir, notamment, Le Matin des 4, 11, 12 et 14 mai).

 

Le départ, début mai, de six personnalités suisses de la politique et du domaine scientifique pour la Jordanie dans le but, depuis là, de se rendre dans les territoires palestiniens, ne manque pas non plus de nous inquiéter. A l'initiative de ce voyage, nous retrouvons quelques parlementaires bien connus, dont certains sont actifs au sein de l'association Suisse-Palestine, tels que le Conseiller national vert Daniel Vischer, la Conseillère nationale et vice-présidente du Parti socialiste Jacqueline Fehr, le Conseiller national socialiste Andrea Hammerle, l'ancien Conseiller national socialiste Franco Cavalli, le professeur d'histoire bâlois Georg Kreis, ainsi que le professeur de droit zurichois Andrea Büchler.

 

La présence de Georg Kreis, président de la Commission Fédérale contre le Racisme est pour le moins surprenante ...

 

En dépit des tempêtes, soyez convaincus que la CICAD entend poursuivre et développer ses actions en faveur des valeurs qu'elle défend et des intérêts qu'elle représente.

 

Johanne Gurfinkiel
Secrétaire général

 

Source: Hayom N° 28, été 2008

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.