Apr

24

2009

Une semaine riche en émotions

La semaine du 20 au 24 avril 2009, durant laquelle s'est déroulée la Conférence de suivi de Durban (Durban II) à Genève, s'est révélée riche en émotions.

 

Dès le premier jour de cette conférence - coïncidant, par un troublant hasard, avec la célébration de Yom HaShoah - le président iranien Mahmoud Ahmadinejad donnait le ton en s'en prenant au «sionisme mondial», censé «personnifie[r] le racisme». Quelques heures à peine après cette déclaration, ayant constaté que l'ambassadeur de Suisse Dante Martinelli était resté dans la salle durant la totalité du discours, contrairement à ses homologues européens, la CICAD diffusait un communiqué de presse condamnant «avec la plus grande fermeté le discours raciste et les propos antisémites du président Ahmadinejad». De leur côté, les partis Libéral-Radical, Radical genevois, UDF, ainsi que le président du PDC genevois ont tenu à dénoncer les propos inacceptables du président iranien.

 

Au cours des jours qui ont précédé et suivi, la CICAD, consciente du caractère sensible d'une telle conférence et des débordements antisémites constatés lors de la conférence de 2001, a redoublé sa vigilance sur le terrain afin de dénoncer tout dérapage antisémite ou expression d'hostilité.

 

Malheureusement, certains dérapages ont été constatés.

 

Lundi 20 avril 2009, c'est d'«instrumentalisation de la Shoah» et de «sionisation de l'esprit des Juifs» qu'il était question lors d'une conférence intitulée «De Varsovie à Gaza: mémoire et responsabilité» et qui se tenait - coïncidence ? - au moment même où l'émouvante cérémonie de Yom HaShoah avait lieu Place des Nations. Le même type de propos a pu être entendu lors du Civil Society Forum, qui s'est déroulé du 17 au 19 avril, ainsi que lors de l'Israel Review Conference, qui avait lieu les 18 et 19 avril. Lors de cette dernière, des sacoches portant un logo étoile de David = croix gammée ont été distribuées.

 

Plus grave: deux manifestations indéniablement antisémites ont eu lieu les 21 et 22 avril 2009. La première était le fait d'activistes qui, en apercevant des Juifs religieux face au Jewish Welcome Center, ont crié des slogans tels que «Israël assassin», «Israël raciste» et «Sionisme = racisme».

 

Le lendemain, des proches du régime iranien manifestaient devant le Palais Wilson contre l'État d'Israël tout en utilisant des symboles antisémites. Des affiches associant croix gammées et étoile de David, des images de déportés de la Shoah accolées à celles de Palestiniens sous le titre «The real Holocaust», des DVD titrés «Holocaust in Gaza», des stylos sur lesquels on pouvait découvrir le logo étoile de David = croix gammée, étaient distribués aux passants.

 

Enfin, quelques informations ont également retenu notre attention au cours de cette même semaine. Le mercredi 22 avril 2009, André Langaney, professeur au département d'Anthropologie et d'Écologie de l'Université de Genève, signait une chronique sur les ondes de la Radio Suisse Romande, dans laquelle il déclarait, notamment que «le scandale médiatique et diplomatique orchestré autour» des propos tenus par le président iranien était «une manipulation de la propagande occidentale». M. Langaney estime, de plus, que le «gouvernement d'extrême-droite israélien» est «au moins aussi dangereux que l'Iran», dont la position «n'est offensive qu'en paroles, contrairement à ce que la propagande veut nous faire croire».

 

Le même jour, réagissant au communiqué de presse du Parti Libéral-Radical condamnant le discours antisémite de Mahmoud Ahmadinejad, le Conseiller national (parti socialiste) Carlo Sommaruga constatait, dans les colonnes du Temps, que «le lobby pro-israélien est puissamment introduit dans le PLR».

 

Outre ces événements, le début de l'année 2009 a été marqué par l'intensification de notre activité afin de répondre aux nombreux débordements liés à la crise financière et au conflit au Proche-Orient: graffitis, violences, dérapages médiatiques, tracts et slogans antisémites...

 

Fidèle à sa mission, la CICAD a réagi à chaque fois tout en poursuivant ses activités pédagogiques et de dialogue. Mais de nombreux défis nous attendent encore pour défendre nos intérêts ainsi que nos valeurs de respect et de tolérance.

 

Nous constatons, plus que jamais, que le travail de la CICAD s'avère, malheureusement, indispensable face à la déferlante antisémite.

 

Source: Hayom - été 2009

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.