May

21

2008

Voyage en Iran: Micheline Calmy-Rey persiste et signe

Le Bulletin de l’Office fédéral de l’énergie, paru le 15 mai 2008, publiait une interview de Micheline Calmy-Rey, Conseillère fédérale en charge des Affaires étrangères, dans laquelle elle déclarait que son voyage en Iran en mars 2008 «illustre parfaitement la collaboration fructueuse entre une entreprise suisse et la diplomatie de notre pays», tout en reconnaissant que «sur les 5,5 milliards de mètres cubes de gaz qu’EGL achètera annuellement à l’Iran dès 2011, une partie seulement est destinée au marché suisse».

 

D'autre part, le site de MEMRI publiait, vendredi dernier, une information de la Fars News Agency, dont nous vous proposons une traduction:

 

«La Ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a déclaré lors d’une conférence mercredi à Lucerne que sa visite en Iran en mars était un modèle de coopération entre diplomatie et business. Elle a maintenu que l’accord résultant [de cette visite] garantissait une présence suisse à long terme dans une région importante.

 

L’accord gazier qui a été signé en présence de Calmy-Rey entre la Compagnie nationale iranienne d’exportation de gaz et l’entreprise d’énergue suisse EFL, a entraîné des réponses rageuses d’Israël et des Etats-Unis.

 

Les Etats-Unis avaient déclaré que [ce contrat] envoyait «le mauvais message» à l’Iran, tandis qu’Israël avait qualifié [cette] visite d’acte «inamical».

 

Calmy-Rey a déclaré dans son discours que l’agacement passager des partenaires de la Suisse devait être pris en compte, mais que le réseau du Département des Affaires étrangères avait un rôle important à jouer en soutenant les intérêts économiques de la Suisse à l’étranger.

 

La Ministre suisse des Affaires étrangères a également écarté les fortes protestations de Washington et Tel Aviv contre ce contrat, réaffirmant l’indépendance de son pays dans ses transactions avec d’autres pays. Calmy-Rey a encore souligné que son pays ne permettrait jamais à d’autres de s’ingérer dans ses affaires.»

 

Note d’information de la CICAD:

 

Nous considérons que cette information serait incomplète si nous ne rappelions pas que:

 

1- Sur la question énergétique:

 

  • Olivier Matile, porte-parole de l’Association suisse de l’industrie gazière, déclarait au Temps le 16 avril que «le consommateur suisse ne verra pas une molécule du gaz iranien» et précisait même, dans 24 Heures et la Tribune de Genève du 18 avril, qu'«EGL ne fait pas partie de l'industrie gazière suisse» (Voir Newsletters677 et 679)

 

 

  • Roger Nordmann, spécialiste de la question énergétique au PS, déclarait au Temps le 17 avril que «[l]a justification de Madame Calmy-Rey selon laquelle cet accord profite directement à la Suisse n'est pas crédible» et que «d'un point de vue énergétique, il serait bon de signer des contrats d'importation d'électricité avec l'Allemagne ou la France. Mais pas d'acheter du gaz qui ne viendra pas en Suisse.» (Voir Newsletter N° 678)

 

 

  • Eric Défago, président de Gaznat, déclarait au Temps le même jour que «ce contrat est incompréhensible et contraire à la pratique habituelle» étant donné que «le gaz est principalement destiné aux usines d'électricité de EGL en Italie, et de plus nous n'avons pas de problème de sécurité d'approvisionnement en Suisse» (Voir Newsletter N° 678)

 

 

  • Philippe Petitpierre, président de Swissgas, déclarait à L’Agefi le 23 avril pouvoir «prouver que cet investissement n’entraînera aucun progrès en matière d’approvisionnement structurel gazier en Suisse. Dire donc qu’une quelconque contribution est apportée à ce sujet s’avère tout simplement faux!» (Voir Newsletter N° 681)

 

2- Sur l’aspect politique:

 

  • La Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) a publié le communiqué suivant, en date du 18 mars 2008:

    «Il est certes parfaitement légitime et politiquement sage que la Suisse diversifie ses importations et en particulier son approvisionnement en gaz.

    Ce qui nous semble moins compréhensible, c'est que parmi les divers fournisseurs potentiels, elle choisisse un pays comme l'Iran.

    Alors que la communauté internationale a décidé d'élever le niveau des sanctions envers ce pays à cause de la poursuite de ses travaux en vue d'acquérir l'arme atomique, la Suisse envoie au monde un signal faux en signant un accord portant sur quelque 20 milliards de francs.

    Même si notre pays devait ne pas violer la lettre de la décision des sanctions prise par l'ONU, elle n'en respecte certainement pas l'esprit. Et qui peut garantir que l'Iran, surtout s'il se sent acculé, ne fermera pas le robinet?

    Ardent défenseur des droits de l'homme, notre pays soutient un pays où ceux-ci sont constamment et systématiquement bafoués, un pays qui encourage officiellement le négationnisme et l'antisémitisme. Les Juifs de Suisse se sentent directement concernés.

    La Fédération suisse des communautés israélites est très déçue par cette attitude, qu'elle ne comprend pas.»

 

 

  • La CICAD a publié le communiqué suivant, en date du 8 avril 2008:

    «Position de la CICAD suite à une récente campagne publicitaire sur les relations entre la Suisse et l'Iran.

    "Les occidentaux ont fabriqué une légende sous le nom de "massacre des juifs" et placent cela plus haut que Dieu lui-même, que la religion elle-même, que les prophètes eux-mêmes".
    Mahmoud Ahmadinejad, Président de la République islamique d’Iran – 14 décembre 2005

    Face au régime iranien, quelle attitude devons nous adopter ?

    Nous devons dire non!

    Non à l’antisémitisme, non au négationnisme, non à l'incitation à la haine antisémite que professe sans vergogne le gouvernement d’Iran.

    Ne nous y trompons pas: loin d’être rhétoriques, les menaces proférées sans relâche à l’encontre des Juifs et d’Israël par leur Président et les mollahs sont bien l’expression d’une volonté destructrice réelle.

    Nous nous élevons vigoureusement contre un régime qui représente une menace pour la paix dans le monde et qui célèbre la Journée nationale du nucléaire en annonçant l'installation prochaine de 6000 nouvelles centrifugeuses, marquant ainsi sa volonté de braver les instances internationales.

    Comme nombre de nos concitoyens, nous avons été choqués par les images de notre Conseillère fédérale, Micheline Calmy-Rey souriante en compagnie d’Ahmadinejad.

    Comme nombre de nos concitoyens, nous sommes consternés de voir notre pays poursuivre et développer ses relations avec l’Iran.

    C’est pourquoi nous saluons les positions adoptées par nombre de nos parlementaires fédéraux qui ont dénoncé cette politique. Il est de notre responsabilité citoyenne de soutenir ces initiatives et de dénoncer les errements de la politique étrangère de notre pays.

    Mais, même si nous comprenons certains inquiétudes, nous considérons l'ingérence de certaines associations extérieures à la Suisse dans les affaires de notre pays comme contre-productive.

    Aucun dialogue constructif ne peut s’envisager avec le pouvoir totalitaire iranien actuel.»

 

Sources: Energeai, Bulletin de l'Office fédéral de l'énergie - jeudi 15 mai 2008, MEMRI - vendredi 16 mai 2008, CICAD - mercredi 21 mai 2008

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.