Apr

25

2012

Débat : Comment doit-on vendre Mein Kampf ?

Ce jeudi 26 avril, Yann Courtiau, libraire au Rameau d'Or, confrontera ses vues avec Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la CICAD sur ce thème sensible. Ce débat public sera animé par Irène Languin, journaliste à la Tribune de Genève, à 12h30 au Café des Savoises (9 bis, rue des Savoises, Maison des Associations) à Plainpalais.

 
 
 
Mein Kampf, un livre comme les autres? L'opus d'Adolf Hitler, autrefois disponible sur commande, est désormais accessible à tous dans les rayons de certaines librairies, comme chez Payot. Le directeur de l'entreprise, Pascal Vandenberghe, a expliqué que cette mise à disposition de l'ouvrage - dans sa version française, accompagnée d'un texte d'avertissement de huit pages - se justifie en raison de son intérêt historique. Selon lui, le lecteur est adulte et libre de ses choix. Il précise aussi qu'interdire un livre n'est aucunement le moyen de lutter contre les idées qu'il propage, d'autant que le texte est disponible sur internet sans mise en garde.

 

Cet argumentaire a fait bondir la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation). Pour éviter qu'un «ouvrage exposant les théories raciales les plus abjectes » ne soit vendu sans encadrement, l'organisation a décidé de faire appel à la «responsabilité éthique» des libraires. Mardi dernier, la CICAD leur a ainsi proposé trois mesures d'accompagnement: ajouter une signalétique indiquant que le livre incite à la haine et au crime, contrôler l'âge des acquéreurs et leur remettre un exemplaire de la brochure Auschwitz, qu'elle a éditée. Certains libraires genevois ont déjà mis en pratique ces recommandations, d'autres sont plus circonspects quant à leur utilité (Voir la vidéo "Un libraire met en pratique l'une des recommandations de la CICAD").

 

Les lecteurs sont invités à assister à l’échange. Ils pourront poser sur place leurs questions ou dès à présent via notre site internet en envoyant un courriel à info(at)tdg.ch. Les internautes ont aussi la possibilité de donner dès maintenant leur opinion via les commentaires.

 

Le face à face durera environ 30 minutes et sera suivi par les questions du public. Il fera l’objet d’un compte rendu avec photos et réactions du public dans la Tribune de Genève du lendemain et sur le site www.tdg.ch.

 

Source : Tribune de Genève.ch,-lundi 23 avril 2012.

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.