Apr

27

2016

Discours du President Alain Bruno Levy pour l'inauguration du stand de la CICAD au Salon du Livre

Mesdames et Messieurs,

Cher Claude Lanzmann,

Quel honneur et quel plaisir de vous accueillir ce soir sur le stand de la CICAD à l'occasion de notre troisième participation au Salon du livre.

Cher Claude Lanzmann, vous incarnez, au sens que vous avez donné à ce terme dans le Lièvre de Patagonie, les valeurs et la mission de la CICAD qui dès sa fondation par les communautés juives de Suisse romande il y a 25 ans, lutte contre toute forme d'antisémitisme et de racisme et préserve la mémoire de la Shoah.

"Shoah", votre œuvre majeure, bouleversante et intemporelle qui nous plonge dans la réalité de la solution finale du peuple juif, peuple qui aujourd'hui est à nouveau visé comme toutes nos sociétés démocratiques par une violence destructrice.

Dès votre plus jeune âge vous avez lutté et combattu sachant que "votre temps était chronométré" et votre père vous a appris à vous cacher et à résister.

Comment en vous voyant ne pas penser à tous ceux que vous avez côtoyés et qui ont marqué notre temps par leurs œuvres, ceux qui nous ont nourris de leurs idées et inspirés pour notre action : Sartre sur la condition juive et Simone de Beauvoir sur la condition de la femme. Vous avez traversé le XXème siècle en voyant écrire Paul Éluard, Aragon et Cocteau.

Israël aussi vous a inspiré et vous lui avez donné un sens dans votre film "Pourquoi Israël ?"

Israël aujourd'hui dont les ennemis ne se bornent pas à critiquer la politique de son gouvernement, mais à l'attribuer à tous les juifs de quelque pays que ce soit dans un amalgame tel qu'antisionisme et antisémitisme ne sont que deux termes pour exprimer une même haine.

La CICAD dans sa lutte quotidienne contre toute forme d'antisémitisme a adopté une approche pédagogique et celle-ci est inspirée par vos œuvres majeures aujourd'hui non plus seulement "Shoah", mais "Le dernier des injustes", le film et le livre que vous dédicacerez tout à l'heure. Ces œuvres se substituent dans notre combat aux témoignages des rescapés qui disparaissent et qui nous accompagnaient dans le voyage annuel que nous organisons à Auschwitz avec les enseignants et les classes des collèges de Suisse romande.

Notre troisième participation au Salon du livre revêt cette année une signification toute particulière. Le monde est bouleversé par les attentats qui ont endeuillé l'Europe, mais aussi par la guerre au Moyen-Orient et les conflits qui n'épargnent ni l'Afrique ni l'Asie et qui poussent des hommes et des femmes à chercher asile dans une Europe qui adopte une politique d'immigration restrictive en fermant ses frontières. Le fondamentalisme religieux est souvent à la base de la violence qui s'est développée dans les rapports politiques et sociaux, violence qui fait tant de victimes et cause tant de malheurs. Il n'y a pas pire attitude que de considérer une religion comme seule vérité et à vouloir le plus souvent en la dévoyant l'imposer à tous comme un mode unique de pensée et de vivre. La réponse au fondamentalisme religieux est l'ouverture aux autres en proclamant quelles sont les valeurs indispensables pour vivre ensemble dans le respect de tous.

La CICAD veut montrer par sa présence au Salon du livre et par les nombreuses activités qui se dérouleront sur son stand que le judaïsme comme religion, éthique, culture, mode de penser et de vivre fait partie intégrante de la société libre et démocratique dans laquelle nous voulons tous prospérer. Les valeurs du judaïsme sont là pour contribuer à une société qui doit faire face aux nouveaux défis qui nous attendent dans cette période de crise identitaire aussi bien morale qu'économique.

Affirmer ces valeurs religieuses et morales pour assurer une société libre, respectueuse des droits de chacun est aujourd'hui un acte citoyen dans un monde qui ne doit pas céder aux idéologies radicales qui excluent l'autre, qui nient l'essence même de la vie.

Cher Claude Lanzmann, vous avez traversé cette époque de "nuit et brouillard" et vous continuez à vivre avec votre éternelle jeunesse dans un univers qui finalement ne change pas vraiment et n'a pas tiré tous les enseignements de la cruelle réalité qui est la trame de vos œuvres.

Mieux que Benjamin Murmelstein vous êtes celui qui nous enseigne ce qui peut conduire à l'extermination d'un peuple. Heureusement, le temps comme vous le dites à la fin du Lièvre de Patagonie est celui dans lequel vous vivez même si le monde vous plaît de moins en moins.

Ce soir, vous êtes notre réalité et nous voudrions que le temps cesse de passer et que vous continuiez à être persuadé que le temps n'a jamais cessé de ne pas passer pour faire mentir le sens interne que lui attribuait Emmanuel Kant.

Avant d'ouvrir officiellement notre superbe stand, je souhaite exprimer ma gratitude au comité d'organisation : Laurent Selvi, Jean-Marc Brunschwig, Sylvie Buhagiar, à l'équipe de la CICAD : notre Secrétaire général, Johanne Gurfinkiel et nos fidèles collaboratrices Olivia, Audrey, Danielle, Avigael, Juliette, Lauren, à Event concepts, Antoine, Luiz, à nos sponsors dont certains ont souhaité rester anonymes.

Que ce salon soit un lieu de dialogue pour mieux se comprendre et s'enrichir dans nos différences qui ne doivent pas remettre en cause l'essentiel : bien vivre ensemble dans une société démocratique, libre, tolérante et généreuse.

 

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.