Apr

28

2016

Soirée inaugurale du stand de la CICAD mercredi 27 avril 2016

Pour cette première journée au Salon du livre, la CICAD a marqué les esprits en proposant une soirée inaugurale de qualité à ses visiteurs et membres venus nombreux inaugurer son stand.                                                                        

En ouverture, le Président de la CICAD, Alain Bruno Lévy, a lors de son discours rappelé les objectifs de la CICAD d’être présente au Salon du livre pour cette troisième année. « La CICAD veut montrer par sa présence au Salon du livre et par les nombreuses activités qui se dérouleront sur son stand que le judaïsme comme religion, éthique, culturelle, mode de penser et de vivre fait partie intégrante de la société libre et démocratique dans laquelle nous voulons tous prospérer. Les valeurs du judaïsme sont là pour contribuer à une société qui doit faire face aux nouveaux défis qui nous attendent dans cette période de crise identitaire aussi bien morale qu'économique.

Affirmer ces valeurs religieuses et morales pour assurer une société libre, respectueuse des droits de chacun est aujourd'hui un acte citoyen dans un monde qui ne doit pas céder aux idéologies radicales qui excluent l'autre, qui nient l'essence même de la vie. »

Puis il a remercié l’ensemble des invités d’être venus partager cette inauguration avant de présenter Monsieur Claude Lanzmann, hôte d’honneur, et de rappeler combien son œuvre «shoah» avait marqué les esprits et continuait d’être de loin une référence pour tous.

Présence exceptionnelle de Claude Lanzmann

L’homme n’est plus à présenter. Réalisateur reconnu internationalement pour son œuvre «Shoah » sorti en 1985, il est en 2016 le héros d'un film nominé pour l'oscar du meilleur court-métrage documentaire. Personne n'a su raconter avec tant de force la plus grande barbarie du XXe siècle sans avoir recours à la moindre image d'archive. Claude Lanzmann qui a répondu à l’invitation de la CICAD pour être son Hôte d’honneur, a en première partie de soirée dédicacé son livre « le Dernier des injustes » dès 17h30. Les visiteurs étaient venus nombreux rencontrer le réalisateur et échanger quelques mots avant de repartir avec leur livre dédicacé. Puis il a répondu aux questions de la journaliste Irma Danon qui a souhaité tout comme l’auditoire comprendre ce qui avait motivé le réalisateur à créer cette œuvre et quel était aujourd’hui son ressenti quant à l’utilisation de son film dans le monde entier. Un échange captivant de plus d’une heure qui marquera l’ensemble des participants.