Sep

13

2017

Condamnation des propos tenus par un élu de la Ville

Genève La Fédération LGBT demande des mesures du MCG à l’encontre de son conseiller municipal.

Les associations LGBT ont fermement condamné hier «les propos injurieux et homophobes» proférés par Laurent Leisi, élu MCG au Conseil municipal de la Ville de Genève suite au décès de Pierre Bergé (lire Le MCG «surveille» les diatribes de l’un de ses élus sur la Toile). Les membres de la Fédération genevoise des associations lesbiennes, gays, bisexuelles et trans (LGBT) demandent dans leur communiqué à ce que le MCG «se positionne par rapport à ces propos, les condamne et prenne les mesures adéquates à l’encontre de Monsieur Leisi». Les associations LGBT déplorent «une fois de plus le manque d’une norme pénale contre la discrimination homophobe, à l’instar de l’article 261bis du Code pénal contre la discrimination raciale» qui empêche de déposer plainte. Le conseiller municipal MCG qualifiait notamment l’homme d’affaires français de «libérateur de l’expression pédophile». Son parti reconnaît pour l’heure que l’élu est «toujours un peu sur le fil» et assure le surveiller. «Une réaction molle», déplore sur son blog Didier Bony, coprésident de la fédération LGBT.

L’élu MCG est dans le viseur de la CICAD depuis de nombreuses années. «Il témoigne régulièrement d’une certaine affection pour les milieux conspirationnistes et complotistes sur sa page Facebook. Nous avions interpellé son parti lors des dernières élections à ce sujet. Ces responsables avait rétorqué qu’en absence de base légale pour une sanction, il ne pouvait rien», relate Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Au-delà de cette affaire, Johanne Gurfinkiel pointe globalement l’absence de posture morale et éthique. «Le recours à la justice ne peut pas répondre à toutes les problématiques. Rendre cette histoire publique est déjà une victoire. Aux citoyens ensuite de sanctionner ses propos inqualifiables dans les urnes.»

Plusieurs élus de ce parti ont défrayé la chronique suite à des propos outranciers. En 2013, le député MCG Henry Rappaz avait fait l’objet d’une dénonciation pénale suite à la publication d’une photo de singe sur sa page Facebook, visant la ministre française Christine Taubira. Sanctionné d’un blâme par son parti, il s’était excusé publiquement. La même année, un élu du Conseil municipal avait été poussé à la démission par son parti suite à ses dérapages.

 

 

Source : mobile2.tdg.ch, 12 septembre 2017

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.