Témoignage de Daniel Wancier, enfant caché rescapé de la rafle du Vel d'Hiv | CICAD
×

Témoignage de Daniel Wancier, enfant caché rescapé de la rafle du Vel d'Hiv


Les 29 et 30 octobre 2019 , Daniel Wancier a rencontré les élèves des écoles Florimont, Ecolint et Collège du Léman.

4 Nov 2019 - 15:11

"La revanche de ma petite histoire sur la grande Histoire"

 

Arrivé de Nice, Monsieur Daniel Wancier âgé de 80 ans, est venu les 29 et 30 octobre 2019 à Genève, témoigner pour la première fois aux côtés de la CICAD de son enfance cachée pendant la Seconde Guerre Mondiale. Son récit poignant, émouvant et rempli d’une grande bienveillance a particulièrement touché les élèves des établissements Florimont, Ecolint et Collège du Léman.


Pour introduire son histoire, M. Wancier met en garde les élèves sur la responsabilité du vote. « Le parti nazi a accédé au pouvoir en toute légalité, par un vote démocratique et il faut être vigilant à ce que cela ne se reproduise plus ».
Né en 1939 à Paris de parents juifs polonais, ceux-ci fuient leur pays d’origine en 1930 pour s’installer en France, Terre des Droits de l’Homme, de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité ou il ne peut rien leur arriver, pensent-ils. Son père est arrêté le 17 juillet 1942 et déporté à Auschwitz. Sa mère, sa sœur aînée et lui échappent de justesse à la rafle du Vel d’Hiv et s’enfuient vers la zone libre ou ils seront cachés dans des fermes durant 2 ans. Leur mère restera internée au camp de Rivesaltes puis libérée en octobre 1944.


Parmi les événements les plus marquants de la vie de M. Wancier, sa séparation avec sa sœur aînée, véritable force protectrice. L’injustice qu’il ressent alors caché dans une famille de fermiers ou il reçoit moins de nourriture que les autres enfants. Enfin, le choc lorsqu’il retrouve son père, fantomatique après 3 années passées à Auschwitz.


Et Daniel Wancier de conclure plein d’espoir : « ma plus belle revanche sont mes enfants et mes petits-enfants que je peux voir grandir ».Très émus, les élèves mettent à présent un visage sur des faits historiques et s’empressent de lui poser des questions ou il répond avec beaucoup de bienfaisance. Une expérience qu’ils n’oublieront pas avant le voyage d’étude à Auschwitz le 13 novembre prochain. Des rencontres organisées à l’aube de cette journée au camp d’Auschwitz-Birkenau afin de préparer les élèves.

Retrouvez l'intégralité de son témoignage sur notre chaine Youtube