Antisémitisme: le carnaval claque la porte de l’Unesco | CICAD
×

Antisémitisme: le carnaval claque la porte de l’Unesco


3 Dec 2019

Une ville a décidé de rayer sa parade de la prestigieuse liste du Patrimoine mondial à la suite d’une vive polémique.

Chaque année, le carnaval d’Alost attire des dizaines de milliers de personnes dans cette ville de Flandre. Lors de l’édition de mars dernier, une polémique avait surgi à cause d’un char représentant des Juifs orthodoxes au nez crochu, entourés de rats et juchés sur des sacs d’argent. La scène, inspirée de vieux clichés antisémites, avait suscité un tollé et indigné les associations juives. Les autorités locales, et notamment le maire, Christoph D’Haese, avait défendu «un rituel de transgression» permettant de rire de tout.

Apprenant que l’Unesco était sur le point de retirer le carnaval d’Alost de la liste du Patrimoine immatériel de l’Unesco en raison de cette affaire, le maire a pris les devants et demandé le retrait du carnaval –une première dans l’histoire de l’organisme des Nations unies. «Les citoyens d’Alost ont souffert d’accusations grotesques. Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire», a ajouté Christoph D’Haese. Le ministre-président de la Flandre, le nationaliste Jan Jambon a dit «respecter le choix d’Alost sans prendre parti sur le fond».–afp/lvb

Folklore raciste

A Saint-Maurice (VS), le fameux «Bal nègre» durant lequel les gens se grimaient en Africains a été abandonné en 2016, désormais remplacé par la Carna Pride où les hommes se déguisent en femmes et vice et versa. Aux Pays-Bas, le visage grimé de noir et les lèvres peintes de rouge vif du «Zwarte Piet» («Pierre Noir») à la Saint-Nicolas fait l’objet d’une vive polémique. Qualifié par l’ONU de «vestige de l’esclavage», il a été transformé pour ménager les sensibilités.

 

Source : 20 Minutes, 3 décembre 2019