×

Cérémonie de commémoration du massacre de Babi Yar : la CICAD présente


Mercredi 6 octobre s’est tenu à la synagogue Beth Yaacov la Commémoration du massacre de Babi Yar ; ou 33 371 Juifs assassinés par les nazis et leurs collaborateurs à Babi Yar il y a tout juste 80 ans

, en présence de Laurent Selvi, Président de la CICAD, Mme Emine Dzhaparova

Première vice-ministre des Affaires étrangères d’Ukraine, et de l’Ambassadrice Mme Meirav Eilon Shahar Représentante permanente d'Israël auprès des Nations Unies à Genève.

Laurent Selvi a conclu son discours en rappelant que « la CICAD et les communautés juives de Suisse romande n’oublieront jamais les souffrances des malheureux de Babi Yar et ne resteront jamais silencieuses face aux individus et aux groupes qui chercheraient à minimiser ou à remettre en cause la réalité des souffrances inhumaines imposées à des peuples dont le seul crime était d’exister. »

Discours de Laurent Selvi :

"Chers Amis,

Tout d’abord permettez-moi de vous demander de bien vouloir excuser Madame Roseline Cisier, Présidente de la CIG, qui ne peut malheureusement pas être des nôtres.

Nous sommes réunis cet après-midi pour commémorer ensemble le massacre de Babi Yar. Il y a 80 ans jour pour jour, plus de 33'000 vies humaines ont été décimées à Kiev par le régime nazi. Même s’il nous est toujours inconcevable et douloureux d’évoquer ces événements, il est de notre devoir de rappeler leur mémoire afin de lutter contre l’oubli mais aussi contre la désinformation.

A nos millions de victimes, nous devons tout d’abord honorer et rappeler leur mémoire, de même que transmettre leurs histoires et leur martyre.

Par ailleurs, la négation ou la minimisation des génocides puise ses forces dans la même haine qui a animé les auteurs de ces génocides et se nourrit des mêmes fantasmes et des mêmes outrances. Elle pervertit l’Histoire et ses souffrances et utilise tous les moyens pour répandre sa haine.

Alors comment lutter contre ce négationnisme ? comment empêcher que ne s’installent des contre-vérités historiques ? Comment faire justice aux victimes deux fois meurtries … par les armes et les mensonges ?

 

La justice, en plus de dire le droit, doit dire les faits.

Mais nous savons que les processus judicaires sont parfois très longs…quand ils aboutissent... Certains responsables de la Shoah, qui eut lieu il y a plus de septante ans, ne sont passés que très récemment encore devant les tribunaux. En témoignent les récentes procédures lancées contre des acteurs et collaborateurs du régime nazi en Allemagne. Que dire du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, souillé ces derniers jours par des graffitis antisémites ? Un acte qui témoigne de la nécessité de rester toujours plus vigilants.

Il est essentiel aujourd’hui de combattre ceux qui par ignorance ou par haine, propagent mensonges et contre-vérités. Nos actions doivent s’inscrire dans un travail inlassable d’éducation, de sensibilisation et d’information mais aussi dans la dénonciation et la lutte systématique contre les propos et les actes révisionnistes et négationnistes. Par la transmission, enfin, de la Mémoire et par la commémoration de ces événements tragiques comme nous le faisons ensemble aujourd’hui.

La CICAD et les communautés juives de Suisse romande n’oublieront jamais les souffrances des malheureux de Babi Yar et ne resteront jamais silencieuses face aux individus et aux groupes qui chercheraient à minimiser ou à remettre en cause la réalité des souffrances inhumaines imposées à des peuples dont le seul crime était d’exister.

Chers amis, que leur mémoire guide notre combat contre l’oubli aujourd’hui et demain.

Merci"