Dénonciation pénale contre Dieudonné | CICAD
×

Dénonciation pénale contre Dieudonné


27 Février 2019

Antisémitisme. La Coordination intercommunautaire contre I ‘antisémitisme et la diffamation (Cicad) a publié mardi son rapport annuel sur les cas d'antisémitisme en Suisse romande. L'an dernier, elle a recensé 174 actes relevant de ce délit, soit 24 de plus qu'en 2OI7.

La Cicad, qui classe les actes selon leur gravité, met en avant deux cas considérés comme extrêmement sérieux. Le premier concerne un homme, portant la kippa, qui s'est fait agresser et frapper par un Palestinien interdit de séjour en Suisse. Le deuxième acte grave s'est déroulé dans un restaurant à Neuchâtel. Interrogé par son voisin de table qui lui demandait s'il était juif un jeune homme, qui a répondu par I ‘affirmative à la question, s'est alors fait copieusement insulter par I‘individu.

Sur les 174 cas d'actes antisémites recensés en 2018 en Suisse romande, 64% concernent les réseaux sociaux. Ce type d'antisémitisme est en forte croissance. Par rapport à 2017, il progresse ainsi de 46%.

Les principaux vecteurs d'antisémitisme sont, selon la CICAD, I‘extrême droite, le complotisme, le conflit israélo-palestinien, le négationnisme et la banalisation de plus en plus fréquente du discours antisémite « sous couvert de blague potache ».

Comme lors des éditions précédentes de son rapport annuel, I ‘association demande que la qualité de partie soit reconnue aux organisations antiracistes afin qu'elles puissent agir plus efficacement contre les contrevenants de la norme pénale contre le racisme (article 26Ibis du Code pénal). Illustration de ce cas d'école, la Cicad annonce avoir dénoncé pénalement au mois de janvier Dieudonné M'Bala M'Bala qui s'est récemment produit en Suisse. Elle accuse I ‘humoriste français d'avoir franchi la ligne rouge en tenant des propos négationnistes lors de son dernier spectacle au Théâtre de Marens, à Nyon (VD), en janvier dernier. Dans un sketch, il aurait émis des doutes sur I ‘existence des chambres à gaz.

Ce genre de délits est poursuivi d'office par le Ministère public. Celui du canton de Vaud pour cette dénonciation. Charge à ce dernier d’établir si un délit a été commis et si I ‘affaire mérite une inculpation, choses toujours délicats dans un contexte de spectacles humoristiques. Dieudonné a été condamné plusieurs fois en France pour propos antisémites mais jamais en Suisse où il a même fait condamner la Ville de Genève qui lui avait refusé la location d'une salle. « Dans ces cas de dénonciation pénale, en cas de victoire, nous sommes souvent les derniers avertis, ou presque » déplore Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la Cicad, « souvent, nous apprenons la nouvelle d'une condamnation par la presse »

L’an passé, l'association antiraciste a été à I ‘origine de Ia condamnation des ex époux Paschoud (soixante jours-amendes à 70 francs pour Mariette Paschoud et 700 francs d'amende; nonante jours-amende à 30 francs et amende de 450 francs pour Claude Paschoud; le montant du jour amende étant même passé pour ce dernier à 500 francs après un recours) et celle de René-Louis Berclaz (140 jours-amende et 1000 francs d'amende). Ceci pour les écrits négationnistes dans les deux cas.

Ce genre d'instruction prend du temps, prévient M. Gurfinkiel. « Pour nous, Ia charge de travail est lourde, nous devons payer des avocats pour établir le dossier de dénonciation, documenter les faits, et ensuite I ‘affaire nous échappe. » D'où cette revendication d'une qualité pour agir qui serait accordée à un certain nombre d'associations de lutte contre le racisme.

 

 

Source : Le Courrier, 27 février 2019