Les jeunes de l’Olympique Genève au Salon du livre | CICAD
×

Les jeunes de l’Olympique Genève au Salon du livre


2 Mai 2019

Football genevois. Trente juniors se sont rendus mercredi à Palexpo, à l’initiative du club. Reportage.

«Là, je dessine un personnage qui parle à un extraterrestre. Il a un peu peur au début, mais après un moment, il va s’apercevoir qu’il n’est pas si différent de lui. Et ils vont devenir amis.» Vincent a 8 ans, il fait partie de l’école de foot de l’Olympique de Genève et mercredi après-midi, comme une trentaine de ses coéquipiers, il s’est rendu au Salon du livre. Après un rapide tour des stands, les jeunes de l’OG se sont arrêtés sur le stand de la CICAD pour un atelier intitulé «Dessiner pour vaincre les préjugés», d’où la belle parabole de Vincent sur les extraterrestres. Juste à côté de lui, son camarade complète une histoire d’amitié entre un singe et un poisson. Le macaque fait le malin, se moquant du brochet parce qu’il ne peut pas grimper aux arbres. La morale de l’histoire: le brave poisson, pas rancunier mais pas mécontent de donner une leçon, va sauver son copain de la noyade un peu plus tard. Bref, on a parlé «valeurs» au Salon du livre mercredi.

De 6 à 12 ans

En observant tout ce petit monde être très concentré, Monica Domenech-Buhler sourit, fière de son coup. Cette énergique dame est responsable du département «cohésion sociale» à l’Olympique de Genève, ce club qui accueille 600 jeunes footballeurs des secteurs Servette-Pâquis et Champel. «C’est la première fois qu’on organise cette sortie au Salon du livre. On a écrit à l’école de foot, aux E et aux D, c’est-à-dire environ les 6 à 12 ans. Une trentaine de jeunes se sont inscrits, c’est très bien. On aurait pu en avoir plus, mais c’est le 1er Mai, pas mal de parents ont congé et ont profité de cet après-midi pour faire autre chose avec leurs enfants. Ceux qui sont là apprécient en tout cas!» Un coup d’œil sur l’atelier suffit en effet à s’en convaincre: chaque enfant est impliqué à 100% dans son dessin et assimile le message de tolérance. Là aussi, pas un hasard.

«En fait, cet après-midi est aussi important pour l’esprit d’équipe. Les jeunes se voient au football, ils jouent ensemble, mais on trouve important qu’ils se connaissent aussi mieux en dehors et qu’ils puissent s’appuyer les uns sur les autres. C’est ça, une équipe. Il n’y a pas que des attaquants ou des gardiens, et chacun a besoin de l’autre pour gagner un match. On veut leur faire comprendre que tout seul on va vite, mais qu’ensemble on va loin», explique Monica Domenech-Buhler, qui a également accueilli des jeunes basketteurs de l’OG mercredi. Les deux sections sont en effet chapeautées par le même club, qui compte environ 1000 membres au total.

Vincent et ses copains, encadrés par des jeunes du club, ont en tout cas apprécié le déplacement. «Tous ne sont pas de grands lecteurs à la base, c’est sûr, mais ce sont des éponges, ils écoutent tout. Il s’agit d’une expérience très positive», sourit la responsable du département cohésion sociale de l’Olympique de Genève

 

 

Source : tdg.ch, 1mai 2019