×

L’histoire vaudoise chahutée. Le passé antisémite de Marcel Regamey gêne toujours


Le fondateur de la Ligue vaudoise a écrit des articles contre les juifs dans «La Nation». Quarante ans après sa mort, cet héritage trouble pèse encore.

Marcel Regamey est décédé il y a quarante ans, le 23 juin 1982 à Épalinges. L’annonce de la mort du fondateur de la Ligue vaudoise en 1933, maurrassien et antisémite, fait alors la une de la presse cantonale. Le conseiller fédéral lausannois Georges-André Chevallaz et le président du Conseil d’État vaudois Marcel Blanc lui rendent hommage. «24 heures» raconte que les obsèques réunissent 300 personnes dans l’abbatiale de Romainmôtier. Il y a des hommes de loi, de lettres, d’église, des musiciens et des politiciens de droite. Les comptes rendus parlent de «perte considérable», d’un «authentique humaniste», de la «mort du maître». Pas un mot, en revanche, sur sa judéophobie.

«La Ligue vaudoise n’a jamais fait son aggiornamento et le canton occulte toujours ce passé trouble qui est devenu un tabou.»

François Cherix, écrivain vaudois

«Rien n’a beaucoup changé depuis, nous explique l’écrivain François Cherix. Certes le discours a évolué. Mais la Ligue qui continue à avoir pignon sur rue - alors qu’elle aurait dû devenir infréquentable - n’a jamais fait son aggiornamento et le canton occulte toujours ce passé trouble qui est devenu un tabou.» Les Vaudois ont gardé le côté recommandable de ce personnage ambigu qui a été avocat de métier, défenseur du fédéralisme, théologien convaincu, musicien passionné. En sa mémoire, ils ont donné son nom à un chemin et un arrêt de bus à Épalinges, sa commune d’origine. Et lorsque cette part d’ombre, gênante, est évoquée publiquement, c’est du bout des lèvres pour prétendre qu’un seul article, sur plus d’un millier, pose problème – «Défie-toi du Juif» (1932) - et que c’est une erreur de jeunesse qui ne doit pas cacher l’ensemble de l’œuvre.

«Cette vision ne correspond pas à la vérité historique», explique l’historien de l’Université de Fribourg Alain Clavien. L’antisémite Marcel Regamey a récidivé plusieurs fois dans «La Nation», le journal du mouvement politique antiparlementaire d’extrême droite la Ligue vaudoise. Et il n’est pas le seul dans la rédaction de l’époque: Alphonse Morel qui compose le trio fondateur du courant politique, mais aussi Émile Lombard ou encore Marc Chapuis ont déversé leur fiel sur les juifs. Ce sont entre 25 et 30 textes, selon l’ancien président de la Ligue Olivier Delacrétaz (1977-2021), qui ont été publiés de 1930 à au moins 1954. Revue de presse.