« A Genève aussi le racisme dans le foot est une réalité» Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la CICAD | CICAD
×

« A Genève aussi le racisme dans le foot est une réalité» Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la CICAD


16 Avril 2019 - 14:28

Johanne Gurfinkiel était invité lundi soir en tant que chroniqueur au Le Club de Radio Lac aux côtés Paolo Gilardi, enseignant à la retraite et le journaliste à 20 Minutes, David Ramseyer. Le débat autour du racisme dans le sport et plus particulièrement dans le foot est relancé ces jours après qu’en France, en Italie ou encore en Angleterre des joueurs aient dû faire face à des comportements intolérables de supporters dans les tribunes pendant les matchs faisant notamment des cris de singes. Pour le Secrétaire général de la CICAD il faut agir et cela passe par l’éducation et un engagement réel des différents acteurs du monde footballistique.

« On parle des supporters ces derniers jours et de leur comportement mais les joueurs voire les responsables de clubs ont une part de responsabilité.  Ils ont pris un temps considérable avant de commencer à prendre des décisions face à ce qu’ils considèrent comme quelques écarts racistes. Des considérations économiques et politiques ont été préférées. Il aura fallu attendre  la presse et les réseaux sociaux pour que ces phénomènes deviennent d’actualité.  Les articles et vidéos postés montrant des situations intolérables auront permis cette mise en lumière. Rien de nouveau, vous me direz, mais combien de temps attendre avant que des initiatives concrètes s’envisagent pour prendre à bras le corps ce phénomène.  Certes des campagnes de communication ont été menées par la FIFA ces dernières années mais ce n’est pas suffisant. Il y a un problème de formation. Des actions doivent être menées pour permettre de mobiliser les consciences et plus particulièrement chez les supporters et les joueurs tout comme les présidents de clubs et la FIFA. A Genève le racisme dans le foot est une réalité qui n’épargne pas les clubs amateurs. Au-delà des effets de communication, nous nous devons d’être une force de proposition. Des programmes de sensibilisation et d’accompagnement existent qu’elles soient proposées par la CICAD au d’autres organismes, elles sont nécessaires et répondent aux souhaits des supporters qui ne veulent plus s’afficher dans des stades aux côtés de militants de la violence.. Les hooligans, racistes et autres troublions hors des stades !»

 

L’intégralité de l’émission est disponible ici.

 

Sources : CICAD, Radio lac, 16 avril 2019