×

Symboles nazis retrouvés sur les plaques d'immatriculation belges


Jeudi 8 décembre 2022 - 14:15

La Belgique n'a pas encore interdit l'affichage de symboles nazis dans les lieux publics, ni même sur les plaques d'immatriculation.

Deux plaques d'immatriculation personnalisées en Belgique ont été vues avec des références antisémites et nazies, selon le Brussels Times.

Une plaque d'immatriculation avait "HH-88", une référence au salut nazi et le code numérique de la phrase nazie. L'autre avait "1-RAS-88", qui fait référence à "Een ras" qui se traduit par "une race".

Les plaques d'immatriculation personnalisées à travers le monde doivent être approuvées par le Département de l'immatriculation des véhicules (DIV) de ce pays, de sorte que ces plaques d'immatriculation ont en quelque sorte été approuvées par la DIV belge.
Qu'a fait UNIA pour contrôler la situation ?

L'UNIA, anciennement Centre interfédéral pour l'égalité des chances et la lutte contre les discriminations, a dénoncé les symboles nazis qui étaient affichés dans les espaces publics.
Ces groupes de nationalistes ont utilisé des codes, des sifflets de chien et des images pour véhiculer leur idéologie auprès d'autres sympathisants.

"La plaque '1-RAS-88' combine à la fois la haine raciste et des références antisémites", a déclaré l'UNIA. "Il est très peu probable que ce choix de plaque soit une coïncidence, surtout compte tenu des frais de 1 000 € que la personne a payés."

    "La plaque '1-RAS-88' combine à la fois haine raciste et références antisémites. Il est très peu probable que ce choix de plaque soit une coïncidence, surtout compte tenu des frais de 1 000 € que la personne a payés."
    UNIA

L'UNIA a appelé le gouvernement fédéral à remédier à ces incidents : "Nous avons d'abord contacté la DIV pour signaler ces plaques mais ils n'étaient pas disposés à les radier", a déclaré Danaé Malengreau, porte-parole de l'UNIA, au quotidien franco-belge Le Soir. "Nous avons également contacté le ministère de la Mobilité pour savoir ce qui pourrait être fait d'autre."

La DIV belge a publié une lettre expliquant que le "88" sur la plaque d'immatriculation "1-RAS-88" faisait référence à "l'année de naissance du demandeur" et que le propriétaire leur avait assuré qu'il n'y avait aucune intention de racisme ou d'être offensant du tout.
"Une telle réponse semble insuffisante, surtout au vu de la combinaison expressément choisie de 'Een Ras' '88' et 'HH'", a déclaré l'UNIA.

Aucune loi n'empêche l'apparition de symboles nazis sur les plaques d'immatriculation, contrairement à l'Allemagne. "Ce n'est pas illégal d'avoir une plaque de ce style... La législation belge n'est pas claire en la matière."

Le ministre de la Mobilité George Gilkinet a répondu à l'UNIA en disant que les résultats étaient "choquants, la législation actuelle ne permet pas l'annulation automatique d'une plaque d'immatriculation déjà en circulation. Si une plaque n'est pas sur la liste noire de la DIV, il y a actuellement peu les autorités peut faire."

Source : The Jerusalem Post, 4 septembre